Article La Dépêche - 21/06/19

"Je peux témoigner de faits inadmissibles

envers les Petites Sœurs"  

=> Lire l'article

Article Libération - 12/07/19

"A Saint-Aignan, les sœurs s’insurgent"  

=> Lire l'article

L'Association de soutien

Les Petites Sœurs de Marie

    => Read the release in English

        => Leggi il comunicato in Italiano

          => Leer el comunicado en Español

 

- - -

Association de Soutien aux Petites Sœurs de Marie, Mère du Rédempteur

 

 

Photo des Petites Sœurs - octobre 2018

Les Petites Sœurs de Marie sont relevées de leurs vœux.

 

 

 

 

 

"Il nous est demandé de quitter notre habit et nos maisons religieuses."

    - - -

DRAPEAU-ANGLAIS.jpg
autocollant-drapeau-italie.jpg
drapeau-espagne.gif
DRAPEAU-ANGLAIS.jpg
autocollant-drapeau-italie.jpg
drapeau-espagne.gif

Le 9 août 2019​

Courrier du Comité de soutien aux Petites Sœurs de Marie

adressé au Dicastère pour la vie Consacrée, en réponse à sa lettre du 18 juin 2019.

Vous trouverez à la fin de ce courrier du 9 août 2019 le lien vers :

1) La lettre du 18 juin 2019, du Dicastère, adressée aux membres du Comité de Soutien

2) La lettre explicative des Petites Sœurs du 2 juillet 2019, adressée au Comité de soutien en réponse à cette correspondance du Dicastère du18 juin 2019

​​- - -

 

A l’attention de :
Son Eminence le Cardinal João Braz de Aviz
Mgr l’Archevêque José Rodríguez Carballo
Père Pier Luidgi Nava

 

​​Le Mans, le 9 août 2019

​Messieurs les hauts responsables du Dicastère pour la vie consacrée,


A la lecture de vos courriers, notamment du dernier en date du 18 juin 2019, nous comprenons mieux pourquoi les Petites Soeurs de Marie se sont senties incomprises et méprisées par votre manière désastreuse de mener cette affaire, avec une volonté forcenée de les condamner par avance, sans tolérer aucune défense de leur part, ni justification aussi pertinente et incontestable soit-elle, au point de nier toute vérité en leur faveur.


Une telle attitude ne pouvait que susciter autant de réactions d’incompréhension, de colère et d’indignation de la part de milliers de personnes, de fidèles catholiques, dont nous ne cessons de recueillir les témoignages. En effet, cette situation grotesque est d’autant plus criante d’injustice dans le contexte actuel où les affaires de moeurs et de corruption entachent l’Eglise, avec ce sentiment d’impunité au plus haut niveau de la hiérarchie romaine.


Nous déplorons, également, qu’au regard de l’extrême gravité des décisions à prendre, vous n’ayez pas même daigné vous déplacer pour venir rencontrer chacune des Petites Soeurs dans leurs communautés, afin de voir et de vérifier, par vous-mêmes, ce qu’elles ne cessent de clamer depuis le début : toute cette affaire n’est que mensonge et calomnie. Non, au lieu de cela, vous vous êtes contentés de suivre aveuglément des rapports de visiteurs canoniques ou de commissaires, dont la plupart ne connaissaient rien des Petites Soeurs de Marie il y a encore 2 ou 3 ans et qui, sans aucun doute, ont été soigneusement orientés par l’Evêque de Laval.


De notre côté, nous avons pris connaissance de toutes les pièces du dossier, avec les avocats des Petites Soeurs et nous sommes stupéfaits de voir qu’il n’y a rien dans ce dossier qui puisse justifier des sanctions aussi violentes ! Voilà pourquoi vous entretenez, à dessein, ce silence suspicieux sur les causes de vos actions; silence qui laisserait supposer que des faits graves auraient été commis dans la Congrégation…


Lesquels !? Vous êtes incapables de donner des faits précis, des faits avérés pour justifier vos accusations, alors que les Petites Soeurs n’ont rien à cacher, elles ont été exemplaires dans la manière de se défendre, entièrement transparentes, depuis le début, pour fournir tous les éléments de preuve propres à les disculper.

Pour renforcer ces éléments de preuve, nous avons porté à votre connaissance les nombreux témoignages poignants venus de tous horizons. Beaucoup de ces témoignages pleins de vérité et de reconnaissance ont été écrits par des personnes connaissant les Petites Soeurs Marie depuis toujours et qui, blessées avec elles, ont souhaité s’exprimer pour dire combien la présence des Petites Soeurs à été une bénédiction dans leur vie ou dans celle de leurs proches, notamment les plus fragiles, comme par exemple les personnes âgées. Ces témoignages sont des témoignages de vie, des témoignages d’affection qui ne s’inventent pas ! Ils ne sont pas issus d’interrogatoires menés lors d’enquêtes froides, expéditives et blessantes.


Aujourd’hui, avec le recul, une certitude s’impose à tous, une certitude que personne ne peut contester :


1) Avant d’être happées par cette sombre affaire, initiée par Mgr Scherrer, en 2016, puis relayée par votre Dicastère, les Petites Soeurs de Marie vivaient leur vie religieuse dans la paix et la sérénité, avec le souci de toujours mieux correspondre à leur vocation religieuse au service de l’Eglise du Christ. Elles étaient parfaitement intégrées dans le diocèse de Laval, comme dans celui de Toulouse, tant à travers leurs oeuvres qu’à travers leur implication en paroisse, dans la pastorale, le catéchisme, l’accueil spirituel, sans oublier leur présence à l’Evêché de Laval où elles se sont données, sans compter, au service de Mgr Scherrer et de sa mère …


2) Depuis cette affaire, les Petites Soeurs de Marie sont en grande souffrance, elles sont impactées personnellement et collectivement par la violence des décisions prises contre elles, par les pressions subies et le harcèlement moral dont elles ont fait l’objet, notamment leur Supérieure Générale, Mère Marie de Saint Michel, votre cible, dont l’honneur a été bafoué par tant de mensonges et par vos graves accusations infondées à son égard. Vous avez infligé aux Petites Soeurs un véritable traumatisme psychologique avec des répercutions émotionnelles graves.


Ainsi, vous porter la lourde responsabilité d’avoir provoqué cette situation de crise dans la Congrégation, de l’avoir déstabilisée et au final de l’avoir détruite, sans état d’âme sur les dégâts humains générés et les conséquences dramatiques pour chacune des Petites Soeurs.


Oui, nous avons vraiment eu le sentiment depuis plus de deux ans que tout questionnement venait du mauvais ; que dans votre système de certitudes il ne pouvait pas y avoir de doutes, ni de questions… L’exclusion a été votre seule réponse. L’ancienneté, l’engagement solennel à vie, les sacrifices effectués, l’énergie donnée sans compter n’ont visiblement pas eu « de prix à vos yeux ».


Dans cette logique, la négociation verbale est impossible ; l’autre est réduit à l’état d’objet : il est assimilé, absorbé ou rejeté. Il ne peut être sujet de parole et donc partenaire de dialogue. La meilleure preuve reste votre choix de promulguer ces indults de sortie, préférant effectivement le rejet à toute voie d’apaisement proposée, alors que vous saviez très bien que c’est précisément cette absence de dialogue constant qui a acculé nos Petites Soeurs à cette situation extrême.

Vous reconnaissez certainement comme référence le dossier de presse réalisée par la CEF sous la houlette de Sr Chantal-Marie Sorlin concernant les dérives sectaires dans les communautés catholiques. Nous avons bien compris que vous semblez vouloir ranger nos pauvres ex-petites Soeurs de Marie, Mère du Rédempteur, dans cette voie, alors que vous avez utilisé, ainsi que l’évêque de Laval ces méthodes et ces comportements que vous condamnez, vous-mêmes, au nom de l’Evangile et que vous reprochez, sans aucun fondement, à la gouvernance des Petites Soeurs. Jamais à l’intérieur de leur Congrégation, jamais, ces dernières ne se sont comportées d’une manière aussi brutale, irrespectueuse des libertés individuelles et du bien être des personnes.


Alors, s’il vous plaît, si vous envisagez une nouvelle fois nous répondre avec encore et encore cette même langue de bois, c’est-à-dire, avec cette volonté de cacher la vérité, de répondre à côté des questions posées ou de noyer les vrais arguments dans des phrases toutes faites, merci de vous abstenir… !


Maintenant, c’est la justice civile et pénale qui va parler et nous espérons, ce qui est quand même un comble, qu’elle sera beaucoup plus proche de la justice Divine que ne l’a été votre jugement sans appel, pour condamner des religieuses innocentes.
 

Veuillez agréer, Messieurs les hauts responsables du Dicastère pour la vie consacrée, l’expression de nos salutations distinguées.
 

Marcel Mignot
Président,
Pour le Comité de Soutien aux Petites Soeurs de Marie, Mère du Rédempteur

-----------------------------------

 

PJ : Lettre du 2 juillet 2019 rédigée par les Petites Soeurs en réponse à la copie de votre courrier du 18 juin 2019, que nous leur avons adressé, pour information. Nous partageons en tout point leur indignation.

- - -

=> Lien vers la lettre explicative des Petites Soeurs du 2 juillet 2019, adressée au Comité de soutien en réponse à cette lettre du Dicastère du18 juin 2019

=> Lien vers la lettre du Dicastère pour la vie consacrée du 18 juin 2019

- - -

 

Communiqué des Petites Sœurs de Marie

Lundi 3 juin 2019

Chers amis,
Chères familles,

Vous le savez, depuis deux ans, nous traversons des difficultés avec les autorités ecclésiastiques : des difficultés qui trouvent leur origine dans un différend avec l’évêque de Laval, celui-ci voulant imposer la scission des associations de gestion des EHPAD qui avaient pourtant fusionné en 2014, avec ses encouragements, pour mieux répondre aux défis actuels.

Puis, nous avons compris que les autorités ecclésiastiques voulaient aussi nous faire changer notre manière de vivre notre vie religieuse, à l’instar des orientations actuelles…

 

Au terme de ces deux années,

 

Après avoir cherché à rester fidèles, tant à l’Eglise qu’au charisme légué par Notre Seigneur à Mère Marie de la Croix,

 

Après avoir tenté de trouver maintes et maintes fois une voie de dialogue avec Rome

 

Après avoir offert des solutions d’apaisement,

Aucun accord n’ayant pu être trouvé, les autorités romaines chargées de la Vie Consacrée viennent de faire le choix de nous relever de nos vœux religieux ; s’il est vrai que le contexte de pression morale et l’impasse dans lesquels nous nous trouvions, nous ont acculées au mois d’octobre dernier, contre notre volonté profonde, à demander à être relevées de nos vœux, puisque aucune autre solution ne nous a jamais été offerte pour protéger notre communion à l’Eglise : nous en sommes profondément meurtries et demeurons douloureusement surprises que Rome ait préféré faire droit à cette demande plutôt que d’accéder aux solutions d’apaisement que nous avions proposées et qui étaient à notre portée.

 

Aujourd’hui donc, à l’exception de cinq sœurs (en Mayenne) qui ont accepté les décisions de Rome et la mise sous tutelle, nous ne sommes plus désormais une congrégation religieuse.

Bien sûr, nous n’avons pas vécu ces deux douloureuses années pour perdre aussi le trésor que constitue pour nous le charisme reçu de Mère Marie de la Croix. Nous voulons continuer à le vivre ensemble, dans une vie de prière et de service. Ecce !

 

Il nous est demandé de quitter notre habit et nos maisons religieuses.

 

La hiérarchie de l'Eglise a sans doute cru bon de devoir changer à notre égard : nous en prenons acte…Fiat !

 

Paradoxalement et mystérieusement, nous vivons plus que jamais peut-être ce qui fait le cœur de notre vocation : à l'exemple de Sainte Marie, prendre notre part de souffrance pour l’accomplissement du dessein Rédempteur, dans la réparation, pour le salut des âmes, pour la sanctification des prêtres, pour l’Eglise si abîmée par toutes sortes de scandales, pour le monde. Si le Christ, époux de nos âmes, nous juge dignes de porter une telle Croix, alors il nous faut lui rendre grâce, envers et contre tout !

 

Nous remercions tous ceux qui nous ont soutenues et encouragées et continueront à le faire, désireuses de poursuivre la route dans l’esprit et les valeurs qui ont toujours été les nôtres. Magnificat !

 

Les  Petites Soeurs de Marie

Communauté de Saint-Aignan (53)

Communauté de Lagardelle (31)
Communauté de Castelnau ( 31)

- - -

Communiqué du Comité de soutien aux Petites Soeurs de Marie

Mercredi 5 juin 2019

 

DOULOUREUSE INJUSTICE DANS LE DIOCESE DE LAVAL

 

Mgr Scherrer voulait la tête de la Supérieure Générale,

c'est toute une Congrégation qui est détruite !

Les Petites Sœurs de Marie Mère du Rédempteur sont relevées de leurs vœux et renvoyées à l'état laïc, sans ménagement, par les autorités ecclésiastiques.

Cette décision injuste et violente cause de graves préjudices moraux et matériels aux Petites Sœurs de Marie qui ont donné leur vie au service de l'Eglise,

dans une parfaite fidélité à leur vocation religieuse.

De légitimes actions en justice vont être engagées envers les responsables,

quel que soit leur degré d'implication, pour obtenir réparation et faire

connaître toute la vérité sur cette affaire.

- - -

C'est avec autoritarisme et dans un contexte de harcèlement moral, initié par l'évêque de Laval, Mgr Scherrer, que les autorités ecclésiastiques ont préféré le renvoi à l'état laïc des Petites Sœurs de Marie Mère du Rédempteur, en date du 23 mai 2019, plutôt que d’opter pour une solution d’apaisement, maintes fois proposée par les Petites Sœurs, mais jamais réellement envisagée par le Dicastère !

 

En effet, cette décision prise, sans écoute constructive ni respect du principe du contradictoire, par Mgr Carballo, secrétaire de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée, a été mise en œuvre par Sr Medevielle, Commissaire Apostolique, malgré les nombreux éléments en faveur des Petites Sœurs et malgré les multiples propositions de dialogue, tentées par ces dernières, pour sortir de ce conflit provoqué par les erreurs de jugement de Mgr Scherrer. A aucun moment, ces propositions de dialogue, n’ont pu trouver le moindre écho auprès du Dicastère, campé dans ce qui apparaît comme une posture d'intimidation envers les Petites Sœurs, en les appelant à l’obéissance et à revoir la façon de vivre leur charisme et en leur brandissant seulement le danger qu’elles courraient à se comporter ainsi, à savoir la perte de la communion à l’Eglise. C’est dans ce contexte, contraintes et forcées moralement, qu’elles se sont trouvées acculées au mois d’octobre dernier à demander, sous la pression subie et dans l'espoir de ne pas être considérées comme schismatiques, à être relevées de leurs vœux : c’est dire à quel sacrifice elles ont consenti pour préserver cette communion, ne cessant malgré tout, d’espérer une issue paisible, dans un dialogue toujours souhaité par elles.

 

Les personnes en charge de cette affaire, ainsi que toutes celles ayant apporté leur contribution, portent une très lourde responsabilité dans cette issue tragique et absurde pour les Petites Sœurs de Marie. Parmi ces personnes, nous déplorons la connivence de fait, des Frères de la Cotellerie avec Mgr Scherrer, dès l’origine de ce conflit.

 

Quant à nous, nous resterons fidèlement aux côtés des Petites Sœurs de Marie dans cette épreuve douloureuse, pour les aider à obtenir justice et réparation et pour les soutenir dans leur fidélité selon leur conscience au cœur du Charisme de Mère Marie de la Croix, leur fondatrice.

 

Nous invitons toutes celles et tous ceux qui partagent notre indignation et le même désir de venir en aide aux Petites Sœurs de Marie, à nous rejoindre.

 

Soyez-en toutes et tous vivement remerciés !

 

- - -

Quel problème de gouvernance ?

=> Lire les témoignages des Petites Sœurs

- - -

12/07/19 : Article paru dans Libération

"A Saint-Aignan, les sœurs s’insurgent"

=> Lire l'article

- - -

21/06/19 - Article paru dans la Dépêche

"Je peux témoigner de faits inadmissibles envers les Petites Sœurs"       

=> Lire l'article

- - -

Consulter l'ensemble des lettres et communiqués

publiés par le Comité de soutien :

=> lien Lettres et Communiqués (version Mobile)

- - -

=> Adresser un message de soutien aux Petites Sœurs

=> Voir le registre des Messages de soutien

​​- - -

Le Comité de Soutien aux Petites Sœurs de Marie.

https://www.soutienpsm.com