​​Prier le Rosaire avec Mère Marie de la Croix

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

​​Mystères lumineux

Le Baptême de Jésus au Jourdain

 

Une voix venue des cieux disait : "Celui-ci est mon Fils bien-aimé, qui a toute ma faveur." Matthieu 3, 17.

 

Jésus a une trentaine d’années. Il a appris le métier de charpentier auprès de Joseph et travaille avec lui. Le prophète Jean-Baptiste invite le peuple d’Israël au baptême et à la conversion. Jésus vient se faire baptiser comme tout un chacun. Mais du Ciel vient une voix qui dit : « Tu es mon Fils bien-aimé». C’est le début du ministère public de Jésus.

 

  • Pourquoi Notre Seigneur s’est-il rendu au désert ? Et quel a été le sens de sa retraite ? En recevant le baptême, Il a été l’objet des manifestations de l’Esprit Saint. Il a été enveloppé par ses divines effusions ; et au début de sa mission importante entre toutes, Il avait voulu profiter de l’effusion des grâces qu’Il avait reçues. Il est allé dans la retraite au désert, se préparer à l’apostolat qui Lui était confié. Quel exemple Il nous a donné ? Il est allé dans la solitude implorer de Dieu le Père, le secours dont Il avait besoin pour travailler à la sanctification et au salut des âmes. 1er Dimanche de Carême -  « Affronter le réel à travers tout ».

  • Cet Esprit Divin a conduit le Seigneur et Il a reposé sur lui comme il a reposé sur Marie.  B7 N21

  • En prenant conscience par la foi en Jésus de notre vocation d’enfants de Dieu, nous découvrons en même temps en nous des dimensions nouvelles de notre être et des possibilités inespérées.  B7 A

  • La grâce de notre baptême est en nous, comme dit Saint Jean « une semence de Dieu » ou encore « ce pouvoir, cette énergie, cette vertu de devenir enfant de Dieu ». Le baptême c’est l’emprise du Christ sur nous. Nous devenons son bien, nous portons inscrits en nous les droits de son amour. B11 a

 

 

Les Noces de Cana

 

La mère de Jésus lui dit : "Ils n'ont plus de vin." Jésus lui dit : "Femme, que me veux-tu ? Mon heure n'est pas encore arrivée." Sa mère dit aux serviteurs : "Faites tout ce qu'il vous dira." Jean 2, 3-4.

 

Jésus, sa mère, ses disciples sont invités à des noces, à Cana de Galilée. Le vin vient à manquer. Marie le dit à Jésus et provoque ainsi le premier signe qu’il va accomplir comme Messie : le changement de l’eau en vin.

 

  • C’était le vin qui manquait et il n’y avait qu’un recours : Jésus. Elle savait qu’il était tout puissant et très bon. Marie connaissait intimement Jésus. Elle savait que l’heure des miracles était proche et que Notre Seigneur devait se manifester et qu’il le désirait. Elle était entrée dans cette pensée divine et allant au devant de ses secrets désirs, elle lui demanda d’avancer l’heure des miracles en lui disant : « Ils n’ont plus de vin ». C’était une belle façon de prier et de parler à l’oreille de Notre Seigneur. Cette prière de Marie qui avait obtenu un miracle, comme elle était simple ! B11 a

 

  • « Cette humble Vierge […] dès le début de l’Evangile, a dit : « Faites tout ce qu’Il vous dira. » Elle le dit à nous aussi.» B6

  • Le miracle des Noces de Cana est la figure de la Sainte Eucharistie que Jésus manifeste pour la première fois d’une façon officielle à ses apôtres, sa divinité, c'est-à-dire son caractère divin et royal… B 9 a.

 

  • L’eau convertie en vin est un symbole de la transsubstantiation, que Saint Thomas appelle le plus grand des miracles, et en vertu duquel le vin Eucharistique, devient le sang de l’alliance de la paix que Dieu a établie avec son Eglise. B 9 a.

L’Annonce du Royaume de Dieu et l’appel à la conversion

 

Voyant les foules, Jésus gravit la montagne. Quand il fut assis, ses disciples s'approchèrent de lui. Et, prenant la parole, il les enseignait. Matthieu 5, 1-2.

 

Jésus est un prédicateur itinérant. Il passe de village en village, annonçant la Parole de Dieu et l’accompagnant de guérisons. Le Règne de Dieu est présent chaque fois qu’un homme est libéré de son péché, de sa maladie, de sa dépendance...

  • Tant d’âmes qui nous approchent, nous devons les aider, les apaiser, les tranquilliser dans des révoltes, étant déjà mal impressionnées par toutes ces circonstances dans leur vie peut-être aussi accablées par la douleur. Aidons-les à vivre les préceptes divins, préceptes de l’amour véritable, la miséricorde dans un cœur droit et tout de vérité en Dieu.  B7 f

 

  • Notre Seigneur a toujours apporté la lumière aux âmes. Il n’a jamais eu peur de dire la vérité qui provoque l’amour.  B7 A

 

  • La transformation de nous-même en Dieu c'est-à-dire : même esprit, même cœur et la même volonté, tout cela s’opère dans la confiance et l’humilité […] Tout ce qui est à Lui est à nous : nos faiblesses, nos misères, ne doivent pas nous troubler, au contraire ». B13 e

 

 

 

  • Nous devons porter témoignage en manifestant par nos œuvres, par de bonnes paroles, la lumière des vertus chrétiennes et évangéliques à la suite du Seigneur qui nous a donné l’exemple lui-même. Marie a fait de même.  B7g page 11

 

 

 

La Transfiguration

 

Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et les emmène, à l'écart, sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux : son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière. Matthieu 17, 1-2.

 

La prédication du Règne se heurte à des difficultés religieuses, sociales ou politiques. Jésus est conscient que sa condamnation approche en même temps qu’il se dirige vers Jérusalem. Devant Pierre, Jacques et Jean, il est transfiguré. Ses disciples entendent la voix du Ciel qui dit: « Celui-ci  est mon Fils bien-aimé, écoutez-le. »

 

  • Notre Seigneur les avait conduits sur une haute montagne, à l’écart, pour nous faire comprendre que c’est bien dans la solitude, loin des distractions du monde et des bruits de la terre, et le plus près possible du ciel, qu’il se manifeste aux âmes pures et fidèles. M+M.

  • Son visage était devenu tout brillant, tout lumineux, plus brillant que le soleil et ses vêtements plus resplendissants que la neige immaculée. Le corps de Notre Seigneur était glorifié, comme s’il était déjà ressuscité. M+M.

  • Il n’a fallu que des yeux pour le reconnaître au Thabor, sur la haute montagne ; tandis qu’il faut de la foi pour le reconnaître dans chacune de nos journées. M+M.

  • Pour réaliser une vraie transformation de notre âme et arriver à une plus grande union avec le Seigneur, il faut monter, il faut atteindre le sommet. Et pour cela, il faut une ascension incessante et ne pas nous incliner vers la terre, ni s’attacher aux choses de la terre.B 9 a.

 

L’Institution de l’Eucharistie

 

"Chaque fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne."  Première épître aux Corinthiens 11, 26.

 

Le temps du départ est proche et Jésus célèbre la Pâque avec ses disciples. Il donne un sens nouveau à cette fête juive. Le pain est son corps, le vin est son sang. Chaque fois que l’on fera ce geste en mémoire de lui, Jésus sera présent.

  • La Sainte Eucharistie est le chef-d’œuvre de toutes les merveilles que Notre Seigneur a accomplies parmi nous et pour nous. Dans ce mystère se manifestent, de la manière la plus admirable, sa puissance, sa bonté et sa sagesse. Il nous rappelle tous les mystères de sa vie, surtout son Incarnation et sa Passion et aussi sa doctrine et ses vertus. Nos devoirs envers l’Eucharistie sont l’adoration intérieure et extérieure, toujours et partout comme les anges. Nous devons reconnaissance et amour. La Sainte Eucharistie est un lien d’amour entre Notre Seigneur et nous.  B13 c

  • Pourquoi ne pas avoir ce grand désir de vivre dans un acte de parfait amour à la suite de Marie, contemplative et eucharistique. La folie de la croix n’a pas de limite malgré les taches ardues.  B7 a page 8.

 

  • Nous devons montrer que c’est de l’Eucharistie qu’il faut partir pour vivre tout  l’Evangile.  B

 

  • Le secret de notre force n'est pas en nous mais dans la sainte Eucharistie.  B 13 a

 

  • L’Eucharistie est le sacrement de l’Amour. Dans l’Hostie nous recevons l’auteur de tout bien et de tout don, le Seigneur lui-même. Le Concile voit dans l’Eucharistie le sommet auquel tend l’action de l’Eglise. B12 b

 

 

  • C’est près de Jésus Hostie que peut se réaliser le mieux notre communion aux sentiments du  Rédempteur de tous les temps.  B

 

 

 

  • C’est dans l’Eucharistie que nous devons partir sous l’action de l’Esprit-Saint pour mieux vivre le Saint Evangile avec cette Vierge si effacée, la plus cachée dans son oblation la plus totale. B7 G 265.

 

 

 

=> Imprimer